14/11/2011

Un groupe technique avec le MR

 

Maingain pour "un groupe technique avec le MR"

Interview > André Gilain

Mis en ligne le 13/11/2011

"Je vais demander à voir Daniel Bacquelaine, chef de groupe, pour voir ce que nous allons faire…"
Dans une interview accordée à nos confrères de La Dernière Heure-Les Sports, le président du FDF Olivier Maingain clarifie la position de son parti qu’il situe désormais “dans l’opposition”.

Olivier Maingain, il nous est revenu que vous alliez avoir un contact avec le MR, dans le courant de la semaine, pour décider de l’avenir du groupe que vous formez à la Chambre ?

“Exactement ! Je vais demander à voir Daniel Bacquelaine, chef de groupe, pour voir ce que nous allons faire…”

Pourquoi lui, et pas le président, Charles Michel ?

“Parce qu’il s’agit d’un problème technique. Si Bacquelaine me dit ne pas être le bon interlocuteur, j’irai voir Charles Michel.”

Que va devenir le groupe encore formé par les libéraux, qui sont quinze, et les FDF, qui sont trois ?

“Tant que le MR est dans la majorité, les FDF resteront dans ce qui est déjà aujourd’hui un groupe technique.”

Et pour la suite ?

“On ne sait pas quelle sera la durée de vie du gouvernement actuel, ni si le MR fera bien partie de la future équipe. Tout peut arriver…”

Qu’allez vous dire à Daniel Bacquelaine ?

“Je vais définir avec lui les conditions de la participation des FDF au groupe actuel, puis gérer le fait que, par la suite, les FDF feront partie de l’opposition.”

Ce qui n’est pas le cas actuellement, puisque vous disposez d’un secrétaire d’Etat, Bernard Clerfayt, au sein du gouvernement Leterme…

“C’est pour ce motif que nous soutiendrons la majorité, jusqu’à la mise en place de l’équipe suivante. Quand la page sera tournée, nous serons à coup sûr dans l’opposition. Toutefois, il est inconcevable que nous soyons dans un groupe MR si les libéraux sont dans la future majorité. Mais nous pouvons fort bien former ensemble un groupe technique…”

De quoi s’agit-il ?

“C’est un groupe dont l’existence n’est pas reconnue officiellement. Les partis font techniquement partie d’un même groupe, mais ont des temps de parole séparés, une totale liberté de vote… C’est ce que je proposerai à Daniel Bacquelaine.”

Quel avantage les libéraux pourraient-ils en tirer ?

“Ils conserveraient leur potentiel de collaborateurs – ce qui ne serait pas le cas si les FDF s’en allaient – et nous garderions aussi les avantages liés à l’appartenance à un groupe parlementaire.”

Quid si le MR n’accepte pas votre proposition ?

“Nous resterons ce que nous sommes et assumerons notre autonomie.”

Y a-t-il déjà eu des groupes techniques ?

“Parfaitement ! Lorsque le cartel entre le CD&V et la N-VA a implosé, ces partis ont formé un groupe technique.”

Depuis la scission, quelle est l’ambiance entre les FDF et le MR ?

“Correcte ! Nous n’avons aucun problème humain avec nos ex-collègues du MR. Nous assumons nos choix, de part et d’autre. Nous ne cherchons pas l’affrontement systématique et ne renions pas ce que nous avons eu en commun.”

Certains notent que la présidence du MR n’a toujours reçu aucune notification de votre départ…

“De fait, nous n’avons envoyé aucun courrier officiel, mais j’ai fait parvenir à Charles Michel une lettre fort documentée sur les motifs de notre départ. Et nous ne sommes plus convoqués à aucune réunion : le MR a donc acté le fait que nous avions repris notre liberté.”

Comment cela se passe-t-il, personnellement, entre vous et Charles Michel ?

“Je ne dis pas que nous avons de longues conversations, lorsque nous nous croisons. Cependant, nous nous saluons et nous nous respectons.”

 
 
 
 
 
 

Les commentaires sont fermés.