22/07/2011

Bart De Wever s'est exclu lui-même

 

le 22/07/2011

VIDEO A propos de la N-VA, M. Beke a souligné que le président de cette formation, Bart De Wever, a lui-même laissé entendre qu'il ne voulait pas négocier. Or, sans négociation "tout accord communautaire et la scission de BHV sont impossibles".

Le président du CD&V Wouter Beke a exprimé vendredi matin sa satisfaction parce que les négociations pour la formation d'un nouveau gouvernement ne débuteront que lorsqu'il y aura un accord sur la réforme de l'Etat et sur BHV. "Nous avons obtenu ce que nous demandions", a-t-il dit à la VRT-radio. Wouter Beke a ajouté qu'il était content qu'on soit arrivé à cette solution parce qu'il s'attend à ce que le MR ne réussisse pas "à tenir le FDF sous contrôle".

Le fait de parler d'abord d'institutionnel et puis seulement de la formation du gouvernement signifie que finalement tous les partis ne devront pas nécessairement faire partie du gouvernement, a encore noté M. Beke. Pour lui, à la fin des discussions communautaires, chaque parti pourra décider s'il veut participer au gouvernement.

S'il est méfiant à l'égard du FDF, Wouter Beke voit malgré tout la possibilité de faire du MR un allié dans cette négociation dans la mesure où les réformateurs sont demandeurs de certaines réformes institutionnelles.

Dans son communiqué diffusé après la réunion, le formateur indique que les négociations porteront d'abord sur ses propositions de loi sur BHV. En parallèle, seront discutés les autres aspects de la réforme de l'Etat. Lorsqu'un accord sera obtenu sur ces points, les négociations se poursuivront sur les autres chapitres de l'accord de gouvernement. Celui-ci "reprendra l'ensemble des accords réalisés", conclut le formateur

Les commentaires sont fermés.