29/05/2011

WEMMEL: Réunion politique d'information des FDF à Wemmel: défense des francophone de la périphérie (communes à facilités et communes sans facilités)

 

 

HAINE, DIDIER

Page 17

Samedi 28 mai 2011

Dure, dure, parfois, la vie des politiques en (pré)campagne. Mercredi soir, trois ténors du FDF, Christian Van Eyken, Olivier Maingain et Damien Thiéry avaient réuni leurs (maigres) troupes locales dans un troquet de Wemmel, la plus flamande des six communes à facilités où le FDF ne compte qu’une seule conseillère communale, afin d’y dévoiler leur stratégie pour conquérir la périphérie bruxelloise, parce que « défendre la périphérie, c’est déjà défendre Bruxelles ». Car l’objectif de la conférence-débat était celui-là : « motiver les troupes (…) pour qu’on puisse, le jour où des nouvelles plus concrètes nous parviendront sur le sort qui vous serait réservé, insiste Christian Van Eyken, être mobilisé rapidement, en quelques semaines, pour manifester la volonté de ces francophones de la périphérie, des communes à facilités, mais aussi des communes sans facilités. » « C’est la force collective des francophones de la périphérie qui forcera l’ensemble des autorités politiques de ce pays, assure Olivier Maingain, à s’intéresser au sort des Bruxellois de l’extérieur. » Et le président du FDF de s’amuser de « la caricature » qu’on fait de lui dans la

« presse flamande » où l’on décrit « la présence des francophones en Flandre comme une sorte de politique délibérée d’Olivier Maingain qui envoie ses troupes conquérir la Flandre profonde. » Rires !

Et enthousiasme, presque unanime, pour le ton guerrier utilisé. Presque, parce que dans le public, André Van Den Bossche, demande la parole. Affirmant « être connu dans la commune » sous le doux surnom de « Sacré VDB », le sympathisant souhaite « mettre sur la table une proposition » pour régler le « problème de communication » du FDF. Un parti qui a « une image qui fait que, même pour certains francophones, vous êtes un parti extrémiste », dit-il. Et pour y remédier, rien de plus simple que de publier un « petit encart bilingue dans les journaux flamands et même francophones en disant que nous ne sommes pas des ennemis entre francophones et néerlandophones. » Ce qui permettrait, selon « Sacré VDB » – qui veut se présenter aux prochaines élections – de démontrer que « le FDF n’est pas le pendant de Bart De Wever. » Ouille ! « Avec quoi il vient ? », se révolte une militante. Les témoignages continuent de se succéder avant qu’Olivier Maingain reprenne la parole. Sa réponse : « Moi, je n’irai pas payer des campagnes d’information pour aller convaincre les électeurs de Bart De Wever. »          Il est reparti déçu, Sacré VDB…

Les commentaires sont fermés.