17/03/2011

VOORPOST Manifestation prévue en Wallonie pour le 27 mars 2011

 

Le 2 mars 2011

Les manifestations prévues par le Voorpost en Wallonie le 27 mars prochain

Damien THIERY

 

 

Le député fédéral FDF Damien Thiéry a interrogé Mme Turtelboom, ministre de l’Intérieur, sur « les manifestations prévues par le Voorpost en Wallonie le 27 mars prochain ».

Damien Thiéry :
Madame la ministre, le mouvement ultra-nationaliste flamand – et je pèse mes mots – Voorpost a annoncé dernièrement sur son site internet qu’il allait faire le 27 mars une petite action comme il a l’habitude d’en faire, et cette fois, de manière assez originale, dans des communes où il n’a pas l’habitude de se rendre mais qu’il considère comme des communes ayant été autrefois flamandes, telles que Lessines et Tournai.

En entendant cela, je me suis déjà demandé si je ne rêvais pas !

À cet égard, l’un des bourgmestres directement concernés, celui de Mont-de-l’Enclus, dans le Hainaut, a dû faire enlever les affiches placardées sur les panneaux routiers dans divers endroits de son entité par les activistes de ce mouvement.

Le bourgmestre a d’ores et déjà prévenu la zone de police concernée. Si on va jeter un coup d’œil sur You Tube, on peut y voir ces activistes déployer un drapeau flamand sur une antenne GSM à Enghien ou placarder des affiches sur un ou plusieurs panneaux d’entrée dans l’agglomération à Ploegsteert.

On sait que ce mouvement sévit très régulièrement en périphérie et qu’il s’inspire d’une idéologie destructrice qu’on pourrait qualifier d’extrême droite, en droite ligne avec ce que faisait en son temps le Vlaamse Militanten Orde (VMO).

Nous, dans la périphérie, en tant que bourgmestres régulièrement confrontés à ces problèmes, nous sommes très soucieux du respect de l’ordre public.

Je ne peux pas du tout m’opposer à la volonté de ces activistes de proclamer l’indépendance de la Flandre mais je m’inquiète en revanche davantage de l’impunité dont ils bénéficient au nom de la liberté d’expression car ils s’attaquent malgré tout aux fondements de notre État de droit et ils pratiquent des actions violentes dont la répétition nécessite une réaction des autorités publiques. Il y a quelques années, Rhode-Saint-Genèse ou Waterloo ont été leur champ de bataille également.

Si je m’inscris pleinement, en tant que mandataire soucieux de bonne démocratie dans la lignée de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme qui proclame que la liberté d’expression constitue un fondement essentiel des sociétés démocratiques, une des conditions primordiales de son progrès et de l’épanouissement de chacun, il n’en demeure pas moins que l’autorité publique se doit de réagir dès lors qu’une fraction fait explicitement usage de la force avec pour objectif incontestable de tenter de détruire l’édifice des libertés publiques.

De fait, comme d’habitude je dirais, cette manifestation qu’ils comptent organiser en Wallonie est le signal d’un durcissement du climat communautaire qui ne doit pas laisser vos services insensibles.

J’ai plusieurs questions à vous poser à ce sujet.

- Tout d’abord, vos services ont-ils été mis au courant de cette manifestation ?
- Si oui, la police fédérale va-t- elle prendre des mesures conjoncturelles pour éviter tout débordement consécutif aux mesures de sécurité publique qui seraient prises par les bourgmestres de communes concernées ?
- Y aura-t-il concertation avec ces bourgmestres et éventuellement avec le ministre de la Justice afin d’étudier les modalités de mesures structurelles à l’encontre de ce mouvement, comme l’interdiction pure et simple de Voorpost en dépit d’un arsenal législatif lacunaire en droit interne ?

Annemie Turtelboom :
Cher collègue, le centre de crise est informé par les services de police de l’intention du Voorpost de manifester dans certaines communes francophones.

Une demande d’autorisation doit être introduite par l’organisateur de la manifestation auprès de chaque bourgmestre de la commune sur le territoire de laquelle ils veulent manifester.

C’est le bourgmestre chargé d’assurer l’ordre public sur le territoire de sa commune qui doit donner son autorisation à la manifestation. Il peut assortir celle-ci de certaines conditions.

C’est la police locale concernée qui doit mettre sur pied un dispositif, afin d’encadrer la manifestation. Si la zone de police locale estime qu’elle ne peut assurer seule le service d’ordre lors de la manifestation, elle peut demander des renforts à d’autres zones de la police locale et à la police fédérale.

À l’heure actuelle, aucune demande de renforts n’a été adressée à la police fédérale.

Aucune demande de concertation n’émane desdits bourgmestres, qui peuvent gérer de façon indépendante ces événements à leur niveau.

Je n’envisage pas d’organiser une concertation avec le ministre de la Justice sur cette problématique.

L’interdiction de certains groupements comme Voorpost n’est pas prévue par la loi.

Des initiatives législatives ont déjà été prises au Parlement dans le but d’interdire d’autres groupements comme Blood and Honour, mais ces actions n’ont toujours pas abouti.

Néanmoins, en cas d’infraction, un procès-verbal sera rédigé par la police.

Damien Thiéry :
Madame la ministre, je vous remercie pour vos réponses claires. Je reconnais qu’avec vous, c’est souvent le cas !

Par contre, loin de vouloir polémiquer par rapport à la problématique communautaire, nous savons d’expérience dans nos communes que lorsque le Voorpost se déplace, il y a systématiquement des problèmes de déprédation, voire des exagérations.

Cela se passera probablement, à partir du moment où un ou l’ensemble des bourgmestres refusent en bloc cette manifestation.

Nous avons déjà connu des précédents en périphérie, où même malgré le fait que les bourgmestres aient refusé l’organisation de la manifestation, la tutelle flamande a cassé la décision du bourgmestre ou du collège pour l’autoriser.

Dès à présent, nous savons d’emblée que si un des bourgmestres refuse cette manifestation, un problème risque automatiquement de se poser : le Voorpost deviendra probablement plus agressif encore.

J’attire l’attention du fédéral sur le fait suivant : si vous n’êtes pas vigilant et si vous n’intervenez pas en ayant au préalable une concertation avec les bourgmestres, nous risquons d’en venir au pugilat, surtout vu l’engouement actuel au niveau communautaire.

Aussi, je demande clairement à vos services de faire le nécessaire en vue de cette concertation pour éviter tout débordement.

En effet, si débordement il y a, vous comprendrez que je reviendrai vers vous au lendemain de cette manifestation, qui risque de constituer un précédent par rapport à ce qui se passe en Belgique.

C’est la première fois que ces manifestants se rendront en territoire wallon.

Je puis, dès lors, vous assurer que vos services ne seront pas sortis de l’auberge si cela se passe mal !


Vous pourrez trouver l’intégralité de l’intervention parlementaire en cliquant sur le lien suivant : http://www.lachambre.be/doc/CCRI/pdf/53/ic153.pdf.

 

  

  

20:47 Écrit par Jeannine Sarels | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voorpost, manifestation, wallonie, damien thiery |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.