26/11/2010

la Flandre ne pense qu'à ELLE

 

K. Peeters critique la note Vande Lanotte, Ph. Moureaux riposte

26.11.10 - 09:36

La note du conciliateur royal Johan Vande Lanotte sur la loi de financement peut avoir des conséquences néfastes pour la Flandre, critique vendredi le ministre-président flamand Kris Peeters dans un entretien au Standaard. Philippe Moureaux riposte ce matin.

Il est vrai que les entités fédérées reçoivent des compétences supplémentaires, mais elles bénéficieront d'à peine 90% des moyens qui y sont liés, fait-il observer.

De cette manière, poursuit le chef de l'exécutif flamand, le fédéral reporte sur les entités fédérées une part de l'effort d'assainissement qu'il doit lui-même mener.

En outre, ajoute Kris Peeters, Johan Vande Lanotte transfère de 0,4 à 1 milliard d'euros de dépenses fédérales vers les régions. "Ce qui signifie que nous sommes à nouveau face à un effort de 2 milliards d'euros", calcule-t-il. "La marge dont nous pensions pouvoir bénéficier après 2011 devrait être entièrement revue".

Kris Peeters se dit toujours partisan d'un transfert de compétences vers les entités fédérées, mais avec d'autres résultats financiers.

Et il n'y a toujours pas de solution pour Bruxelles-Hal-Vilvorde, ajoute-t-il.

Le socialiste Philippe Moureaux réagit

Le vice-président du PS Philippe Moureaux a déploré vendredi sur les ondes de Bel-RTL les critiques du ministre-président flamand Kris Peeters sur la note du conciliateur royal Johan Vande Lanotte et regretté un climat "délétère" au nord du pays. "Ce que j'ai lu ce matin dans la presse flamande est décoiffant", a commenté Philippe Moureaux, se référant aux critiques de M. Peeters ainsi qu'aux rumeurs selon lesquelles Johan Vande Lanotte songerait à arrêter sa mission parce que la N-VA n'a toujours pas montré sa volonté d'aboutir à un accord. "Kris Peeters attaque bille en tête" une note qui "certes, n'est pas le paradis terrestre" mais, "si on veut que ça réussisse, on ne doit pas commencer chacun à en expliquer les gros défauts", a commenté Philippe Moureaux.

Cette sortie de Kris Peeters ainsi que les rumeurs sur l'avenir de la mission de Johan Vande Lanotte, "tout cela n'est pas bon, cela montre que le climat en Flandre reste délétère", selon le Bruxellois. Il dit toutefois souhaiter accorder encore "une toute petite chance à la chance". Ce serait "un schéma où l'on discute, on améliore et on arrive à un accord ; je reconnais que je suis là très optimiste, mais notre pays ne mérite pas tout ce qui se passe", dit-il. A ses yeux, la N-VA négocie actuellement "dans un état psychologique totalement différent des six autres partis", estimant "sans doute qu'un échec ne serait pas une mauvaise chose" pour elle.

Pour Olivier Maingain, Johan Vande Lanotte a "rhabillé" la note De Wever

Dans sa note, le conciliateur royal Johan Vande Lanotte a en fait "rhabillé" la note du président de la N-VA Bart De Wever, estime vendredi dans La Libre le président des FDF Olivier Maingain, sur base dit-il des informations de presse dont il dispose.

"Les thèses flamandes progressent à pas de géants. Les francophones (PS, cdH et Ecolo, ndlr) se sont engagés dans une logique purement défensive sans oser mettre des exigences fortes sur la table", commente-t-il.

Olivier Maingain déplore un manque de garantie pour l'avenir du statut de Bruxelles comme région à part entière, le non-élargissement de la Région bruxelloise ou encore une concurrence fiscale entre régions qui aboutira à un déplacement du centre d'activités économiques de Bruxelles vers sa périphérie.

A ses yeux, l'autonomie fiscale doit être liée au débat sur la dette, dont les taux de remboursement vont monter dans les deux ou trois ans, prédit-il.

"Il serait assez logique de dire à la région qui veut jouer l'autonomie fiscale qu'avant même de jouir de cette autonomie, elle participe proportionnellement davantage au remboursement de la dette", fait-il observer.

Car pour Olivier Maingain, dans 10 ans, "le débat sera de savoir comment on se répartit la dette, et c'est la région qui aura regagné de la prospérité au détriment des deux autres qui aura le plus de facilités".

 

Avec Belga

Crédit photo : Archive Belga

10:59 Écrit par Jeannine Sarels dans Actualité, politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : van de lanotte, nva |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.